Nous améliorerons l’accueil des populations exilées

Au cours des quatre dernières années, le nord parisien a connu un cycle infernal : installation de campements d’exilé-es, évacuations. Les exilé-es perdent à chaque fois le peu d’affaires qu’ils ont, le harcèlement policier les pousse à toujours plus se cacher. 


De fin 2017 à juin 2018, un campement s’était installé à la lisière de Saint Ouen à la Porte des Poissonniers. Rapidement un important mouvement de solidarité s’est développé, il continue depuis le démantèlement du campement. Saint Ouen est riche de son histoire migratoire et nous souhaitons réaffirmer son identité de « ville refuge ». Pour ce faire, notre municipalité intégrera l’association nationale des villes et territoires accueillants (Anvita) qui rassemble déjà une vingtaine de villes de taille diverses, dont plusieurs du département (Montreuil, Bagnolet, saint Denis…) En son sein, nous réaffirmerons que nous ne sommes pas confrontés à une crise migratoire, mais à une crise de l’accueil. Nous interpellerons l’Etat pour qu’il s’acquitte de ses missions, notamment en ce qui concerne la prise en charge des mineurs non accompagnés. 


Contrairement à ce qui s’est pratiqué lors de la dernière mandature, nous nous porterons bien évidemment volontaires pour ouvrir nos équipements pendant les périodes de grand froid et de canicule. 
Au sein de la Maison de la citoyenneté, nous créerons un espace accueil des exilé-es afin d’informer et orienter les personnes migrantes vers les lieux et structures d’accueil et d’accompagnement social et juridique favorisant l’accès aux droits : permanence d’accès aux soins de santé (PASS), centres médicosociaux, PMI, accueils de jour, associations, espace de solidarité où se nourrir, se laver, participer à des activités culturelles et sportives, structures d’accompagnements et d’insertion professionnelle . Nous assurerons une service de domiciliation : une adresse est indispensable pour les démarches administratives, accéder à la scolarisation des enfants… 


La ville de Saint Ouen est inscrite dans un dispositif de coordination linguistique territoriale, le Padoc plaine commune (permanence d’accueil et d’orientation des demandeurs de cours de français). Nous renforcerons cette action et améliorerons l’offre de cours de français langues étrangères sur les différents quartiers. Maîtriser la langue du pays d’accueil est primordial pour permettre un réel accès à l’égalité des droits pour tous, et en particulier pour les femmes exilées. C’est souvent une première étape vers sa vie de citoyen.ne, professionnelle. C »est donc un enjeu majeur de cohésion sociale ! 


En lien avec les communes environnantes, nous ouvrirons une maison de répit, en partenariat avec des associations (médecins du monde…). En rupture avec les dispositifs actuels, ce centre offrira un accueil inconditionnel, indépendant du statut administratif. Ce lieu sécurisé permettra aux personnes de se poser et de prendre le temps de lancer les démarches nécessaires. Cet espace sera ouvert sur la ville pour favoriser les échanges entre personnes accueillies et habitants de Saint Ouen. Nous lancerons un partenariat avec des associations et des équipes de recherche pour documenter les parcours des personnes accueillies et les difficultés qu’elles rencontrent. Ce lieu n’aura pas seulement une vocation humanitaire, il aura pour but d’ interpeller l’Etat sur ses carences.

Une réponse sur “Nous améliorerons l’accueil des populations exilées”

  1. Bonjour, cette thématique m’intéresse beaucoup et à 2 titres. 1 en tant qu’audonienne car vivre sur 1 même territoire sans langue commune engendre le vivre à côté les uns des autres et non le vivre ensemble. 2 en tant que coordinatrice linguistique depuis 2013 employée à la ville. Le besoin de développer les cours de langue française est loin de concerner les « primo arrivant ». Les femmes sont encore hélas 1 exemple de plus dans ce domaine, d’être les plus précarisées. Enfin, difficile pour les mères au foyer dans cette situation d’accompagner la scolarite de leurs enfants. Ce sujet est vaste et touché tous les domaines de la vie (éducation, emploi, citoyenneté…). Au plaisir de vous rencontrer pour échanger sur ce sujet.

Les commentaires sont fermés.